Foin de Crau AOP : le préféré des animaux

Un patrimoine à protéger

Les AOP qui correspondent à une production véritablement enracinée constituent un patrimoine exceptionnel et contribuent à la construction d’une vie et d’une image territoriales. En Crau, la culture multiséculaire de prairies permanentes et irriguées a engendré la formation d’un paysage quasi bocager qui est exceptionnel en Provence. Mais pas seulement… La production imprime sa marque dans l’espace, au travers des paysages et d’activités économiques et culturelles.

Des paysages singuliers, une identité forte
Grâce à l’irrigation, une partie du territoire a été radicalement modifiée avec l’apparition d’une Crau verte, irriguée, qui contraste avec la steppe aride des coussouls. Une véritable oasis agricole. Les canaux, le foin, les moutons, le rythme des fenaisons, la biodiversité… les paysages et de nombreuses traditions humaines sont intimement liés au Foin de Crau.

Un patrimoine culturel : art de vivre en ruralité
Sa culture s’est imposée au fil des siècles comme un repère culturel, avec un rôle central dans le rythme de vie locale, dans l’imaginaire des habitants. Cela participe au développement d’un sentiment positif d’appartenance à un territoire doté d’une forte identité.

Un maillon vital
Indissociables de l’identité et des paysages, les prairies de Foin de Crau jouent également un rôle majeur dans l’équilibre environnemental du territoire. Grâce à l’irrigation gravitaire, la nappe phréatique de la Crau est régulièrement réalimentée en eau qui approvisionne les populations en eau potable (300 000 habitants sont desservis). Les infrastructures hydrauliques exceptionnelles par leur conception et leur durabilité constituent également un patrimoine à sauvegarder.

Une interdépendance historique : un lien essentiel
La spécificité de notre terroir donne naissance à des pratiques humaines complémentaires : entretien et gestion des canaux d’irrigation, entretien des haies et pastoralisme.

Un engagement de la première heure… pour la préservation d’un écosystème unique

Les canaux en Crau ont permis l’implantation de plus de 1000 kilomètres de haies. Ces haies plantées initialement pour se protéger du mistral ont créé un paysage bocager qui abrite une faune spécifique.

Ce patrimoine, cette richesse construite patiemment, les pouvoirs publics ont fait le choix légitime de les préserver. C’est pour cette raison que la Crau est devenue un site Natura 2000.

Outils fondamentaux de la politique européenne de préservation de la biodiversité, les sites Natura 2000 visent une meilleure prise en compte des enjeux de biodiversité dans les activités humaines. Ces sites sont désignés pour protéger un certain nombre d’habitats et d’espèces représentatifs de la biodiversité européenne.

Natura 2000 est un programme ambitieux. Sur un territoire aussi vaste que la Crau, son succès dépend avant tout du dynamisme et de la synergie des acteurs concernés. Ici, le monde agricole et les associations de protection de la nature travaillent dans un même élan, en concertation, appuyés par les services de l’État et de l’Europe.

Il propose un cadre réglementaire supplémentaire, offre des financements pour la création de projets de conservation de la biodiversité à travers des mesures contractuelles, et apporte une veille environnementale du territoire. À l’époque, inédit en France, c’est le Comité du Foin de Crau qui a mis en place le premier document d’objectif Natura 2000 sur la Crau ainsi que la ZPS (Zone de Protection Spéciale). Il a été opérateur local du site de 1999 à 2008. C’est la commune de Saint-Martin-de-Crau qui a pris la suite de 2009 à 2021 et enfin le Syndicat mixte de gestion des nappes de la Crau s’est vu confier la gestion des deux sites Natura 2000 de Crau, en mars 2022. La zone de protection spéciale N° FR9301595 “Crau centrale-Crau sèche” (Directive Oiseaux) et la zone spéciale de conservation N° FR9310064 “Crau” (Directive Habitats-Faune-Flore) couvrent plus de 43 000 hectares.

Ces sites ont été désignés en grande partie pour valoriser et préserver leurs habitats d’intérêt communautaire (coussouls, prairies de foin de Crau, Coustière et zones humides) et leurs cortèges d’espèces. La richesse patrimoniale du site de la Crau se justifie aussi par les pratiques agricoles traditionnelles qui ont constitué, au fur et à mesure des années, un réseau de corridors biologiques typiques de Crau, servant de gîte et de couvert à de nombreuses espèces rares et fragiles.

Pour une production respectueuse des attentes d’aujourd’hui

Les producteurs de Foin de Crau AOP, conscients d’être les héritiers d’un savoir-faire exceptionnel, multiséculaire, ne cessent de s’adapter pour répondre aux défis du monde moderne sans sacrifier ce qui fonde leur succès : l’excellence de leur production !

  • Favoriser le maintien d’une culture la plus naturelle possible, y compris en termes de fertilisation, pour proposer un produit sain et préserver la biodiversité.
  • Favoriser la qualité, en continuant de la définir à partir de critères évolutifs et fiables, de la partager par des actions de formation auprès des producteurs et de la contrôler en renforçant les critères et la fréquence des contrôles pratiqués.
  • Assurer un cycle de production vertueux, dans le respect des valeurs de la tradition, tout en s’adaptant à l’évolution des méthodes et outils de production.
  • Intégrer les attentes sociétales à notre cahier des charges.
  • Renforcer la coopération au sein de la filière, en instaurant un dialogue constructif avec les négociants qui partagent la même passion.
  • Transmettre la tradition à la jeune génération.
  • Poursuivre la mise en place, avec l’aide de la recherche scientifique, de pratiques culturales écologiques : bas carbone, nivellement, martellière automatique pour une gestion de l’eau encore plus précise, fertilisants organiques, nettoyage mécanique des canaux, lutte contre les espèces envahissantes…